Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ARTICLE DE LA MARSEILLAISE

Le souffle de gauche dans le Var

dimanche 15 mars 2015

Le Parti communiste français entend jouer son rôle lors de cette campagne électorale. Son représentant départemental dans le Var, Alain Bolla, plante les enjeux d’un scrutin pas comme les autres.

« Nous voulons donner l’état de nos opinions », entame Alain Bolla. Il fait bien d’employer le pluriel, le secrétaire départemental du Parti communiste français. Car lorsqu’il prend la parole, c’est pour ne plus la lâcher. Il faut dire qu’il en a sur le coeur. A l’approche du 1ier tour des élections départementales, le 22 mars, le responsable politique, par ailleurs candidat sur le canton de Solliès-Pont, fait feu de tout bois : l’austérité, l’abstention, le Front national... Tout y passe. Dans cette dernière ligne droite, il s’agit de ratisser large, en ne laissant de côté aucun sujet.

Alors ça commence par le redécoupage des cantons. Pas forcément hostile au principe, l’homme est en revanche franchement en colère contre le gouvernement, « qui n’a pas assumé sa responsabilité en occultant depuis des mois l’importance de ces élections ». Et cela se traduit par l’absence d’une « grande communication d’envergure afin d’expliquer le rôle et l’avenir du Département, un débat sur les véritables enjeux locaux et nationaux du scrutin ».

Car dans l’esprit d’Alain Bolla, cela ne fait aucun doute : l’élection départementale sera « scrutée partout en Europe ». « Il faut entamer une démarche similaire à celles entreprise en Grèce ou en Espagne », estime le communiste. Plus facile à dire qu’à faire... Pour autant, cela ne relève pas de la science-fiction pour le PCF : « Avec Syriza, les lignes ont bougé. La porte est entrouverte, il suffit désormais de la pousser complètement. »

Le FN n’est pas un nouvel ami, c’est le plus grand ennemi

Évidemment, il ne s’agit pas de minimiser la mainmise de la droite, surtout sur le Var, ni la montée annoncée du Front national. Mais sur ce sujet, le responsable politique propose une analyse moins alarmiste : « Le FN n’est pas le nouvel ami des ouvriers, des salariés. Il en est le plus grand ennemi. Mais en termes de voix, la formation frontiste ne progresse pas tant que ça. C’est l’abstention faible qui, mathématiquement, fait gonfler leur score : 30% de vote sur 40% de votant, ce n’est pas 30% des Français. » Et de rappeler que le parti lepéniste vote « contre la sortie du Tafta [ce traité transatlantique qui menace les lois sociales des pays européens au profit de règles dictées par les multinationales, ndlr] à la Région », ou encore « contre la création d’un centre IVG »...

Au contraire de cette vision rétrograde de la société, le PCF oppose un esprit combatif sur les thèmes de l’élection, qu’ils soient locaux ou nationaux. Alain Bolla en profite au passage pour fustiger à nouveau l’austérité, engagée notamment par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, et « prolongée, voire amplifiée » par celui qui lui a succédé. « Le PS ne fait que confirmer les choix politiques effectués en faveur du FMI. Et c’est tout le socle social et solidaire issu du Conseil national de la Résistance qui est remis en cause. »

La gauche émerge

Concernant plus particulièrement les Départements, le militant note qu’il s’agit là « d’un échelon majeur de la démocratie, notamment pour la solidarité ». Rejetant avec force le terme d’"assistanat", Alain Bolla reprend sur les finances de la collectivité : « Nous ne voulons pas être des élus-gestionnaires avec des économies à réaliser. Nous voulons l’augmentation des recettes. » C’est pour le communiste une nécessité : « Les Départements doivent financer la décentralisation, et financer les indemnités de solidarité. La précarité augmente, le nombre de bénéficiaire aussi, les Départements sont étranglés par l’austérité. » Simple, non ?

« Ces élections peuvent permettre de donner un vrai signal de rejet face à l’austérité, et d’exigence d’une alternative. » Alternative qu’entend incarner le PCF. « La gauche est en reconstruction, elle émerge. » Reste à vérifier la taille du reste de l’iceberg.

Romain Alcaraz

Le Front de Gauche, le souffle de gauche dans le Var !
Tag(s) : #MEDIAS

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :